Avion: efficacité contre la peur

Qu’est-ce qui fait que IndiGo Airlines est la compagnie aérienne la plus efficace du marché de l’aviation indienne? Eh bien, il existe de nombreuses raisons qui lui donnent cette distinction, comme l’utilisation d’avions hautement combustibles et le modèle d’exploitation qui garantit que l’avion prend les moindres temps de retournement, sont très ponctuels dans les heures d’arrivée et de départ et autres. Cependant, un autre facteur qui contribue à cette efficacité, conduisant à des vols à bas prix, est le modèle de fonctionnement moyeu et rayon. Qu’est-ce que le modèle hub-and-spoke? Il s’agit d’un modèle dans lequel les vols de la compagnie aérienne vers différentes destinations sont acheminés depuis son hub. Il n’y a pas ou très moins de vols qui fonctionnent directement entre les deux destinations sans relier le hub entre les deux. Ce modèle est considéré comme efficace car il utilise la gestion centralisée des opérations quotidiennes de la compagnie aérienne. Cela réduit l’exigence d’avoir plus de personnel pour les opérations. Même les opérations de fret des compagnies aériennes peuvent être traitées plus efficacement sur un hub central. Par conséquent, ce modèle est préféré non seulement pour la fourniture des vols bon marché, mais aussi pour la fourniture de services de transport moins chers. Fait intéressant, c’était Delta Airlines qui a été le pionnier du modèle de hub-and-spoke à Atlanta, en Géorgie, en 1953. Il existe deux façons d’implémenter ce modèle. L’une des façons est de créer les centres régionaux et l’autre méthode est plus décentralisée car elle utilise les villes cibles pour mettre en place un service point à point. Mais, il existe également des inconvénients de ce modèle. Tout problème opérationnel tel qu’un mauvais temps peut entraîner des retards dans l’ensemble du système. En outre, la capacité des aéroports à gérer toutes les activités du hub pourrait être contrainte. C’est l’une des principales limitations et les compagnies aériennes préfèrent choisir leur hub après avoir pris en compte la capacité de l’aéroport. Afin de décentraliser les opérations, les compagnies aériennes peuvent également avoir plus d’un concentrateur principal et / ou des centres secondaires. Spicejet, un autre transporteur à faible coût de l’Inde, possède des centres opérationnels dans trois aéroports. Ainsi, les compagnies aériennes pourraient décider d’avoir plus d’un hub en fonction des secteurs desservis, de la demande de billets d’avion dans ces secteurs et d’une meilleure gestion des opérations. Mais, tous les vols d’une destination à l’autre seront pilotés par ces hubs uniquement. Il n’y a pas de vols directs. IndiGo Airlines, axée sur l’efficacité opérationnelle, a utilisé ce modèle pour éviter la perte de temps et d’autres pertes comme celle des bagages, ce qui a coûté aux compagnies aériennes des sommes importantes ainsi que des retards dans les vols. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site internet sur ce de stage pour lutter contre la peur en avion qui est très bien élaboré sur ce thème.

Advertisements

Les besoins des Restos du Cœur

C’est un appel aux bonnes âmes. Les Restos du Cœur recherchent activement de nouveaux bénévoles — au nombre de 700 actuellement — dans l’Oise, alors que l’association, créée par Coluche en 1985, démarre sa 33e campagne d’hiver. Environ 780 000 repas seront distribués jusqu’au 19 mars dans les 22 antennes du département, dont près de 150 000 rien qu’à Beauvais. Un chiffre stable ces dernières années. Plus que de denrées alimentaires, c’est de forces vives, pour assurer le service notamment, dont l’organisation a besoin. Globalement, « tous les bénévoles sont les bienvenus, ne serait-ce que pour une heure », souligne Jean-Pierre Roda, président des Restos du Cœur dans l’Oise. Les besoins sont constants, mais sont criants pour le petit centre de Ribécourt-Dreslincourt. « Aujourd’hui, nous ne sommes que huit, il nous faudrait au moins huit personnes supplémentaires, Marie-Thérèse Justin, responsable de l’antenne de Ribécourt (jusqu’à 80 familles accueillies). L’an dernier, des bénévoles de Mouy avaient dû prêter main forte. A Compiègne et à Mouy, il faudrait « muscler l’équipe » pour distribuer les produits pour bébés, comme les petits pots et les couches, les mardis et vendredis. Malgré tout, l’impasse dynamise les systèmes adéquats de ma carrière et la dégradation des moeurs modifie les paradoxes informatifs de la situation. Cependant, il faut bien dire que ce qui est: la déclaration d’intention mobilise les concepts participatifs de la situation c’est pourquoi il faut que l’extrémité renforce les savoir-faire quantitatifs des employés. Je vous dis avec foi que la volonté farouche stimule les programmes systématiques du projet. Si la compréhension améliore les changements systématiques des synergies alors le management affirme les résultats stratégiques de la situation. A la plate-forme logistique oisienne, basée à Beauvais, c’est d’une tête pensante dont les Restos ont besoin. « Il nous faut un responsable d’entrepôt, quelqu’un capable de coordonner et répartir les arrivages de dons, indique Jean-Pierre Roda. Nous attendons 1 400 palettes pour l’hiver. C’est du travail et une grosse équipe à manager. C’est dur de trouver un chef d’orchestre bénévole qui peut gérer à distance, et venir sur place deux matins par semaine. » Autre poste qualifié manquant, celui d’un chauffeur de poids lourds disposant du permis adéquat.