Des mathématiques à la morale

On ne dit pas que 2 et 2 doivent faire 4, mais qu’ils font nécessairement 4; on ne dit pas que les rayons d’un cercle doivent être égaux, mais que nécessairement ils sont ou seront égaux; il en serait de même des vérités morales si leur réalisation était aussi nécessaire que celle des vérités géométriques.—La conclusion dépasse les prémisses. Parce qu’il y a des choses nécessaires dont on ne dit point qu’elles doivent être, mais seulement qu’elles sont, il n’en résulte pas qu’il en soit de même pour toutes les choses nécessaires. Le mot doit indique un rapport de convenance entre le bien désirable et l’existence, rapport qui ne se trouve pas dans celui de 2 à 4. La quantité pure nous est par elle-même indifférente, et ne vaut que par son contenu. Nous l’avons déjà dit, il est bon que 2 biens et 2 biens fassent 4 biens; mais nous ne trouvons pas bon que 2 maux et 2 maux fassent 4 maux; il serait peut-être même bon, dans ce cas, que le mal ne fût pas multiplié par la loi des nombres. Pourtant, même dans cette proposition abstraite, 2 et 2 font 4, un examen attentif découvre autre chose que la quantité indifférente. Cette proposition énonce un raisonnement élémentaire dans lequel la pensée, pour rester d’accord avec elle-même, après avoir posé 2 + 2, pose 4. Or, il y a quelque chose de bon et de satisfaisant dans l’accord de la pensée avec elle-même; il existe, sous ce rapport, une convenance entre 2 + 2 et 4. Nous pouvons donc dire que 2 et 2 doivent faire 4, ou que cela est conforme à l’ordre de notre intelligence et à la permanence désirable de notre pensée. Cette convenance intrinsèque se montre encore plus dans les vérités géométriques, qui expriment l’ordre et l’harmonie des formes, par conséquent la beauté élémentaire; en ce sens les rayons du cercle doivent être égaux. Si le mot doit n’a pas encore ici toute son énergie, c’est qu’il n’exprime qu’un rapport entre un bien très secondaire (la régularité géométrique) et l’existence; mais le même terme a une valeur infiniment plus grande quand il s’agit du souverain bien idéal et des moyens d’y atteindre. En ce cas, nous disons que le bien idéal et ses moyens doivent être, qu’ils doivent être nécessairement si la nécessité vaut mieux, le plus librement possible si la liberté vaut mieux. Au contraire, toutes les fois que la relation d’une chose avec le souverain désirable est nulle, ou plutôt que nous ne l’apercevons point, cette chose est indifférente. Une autre raison empêche d’assimiler entièrement les vérités logiques et géométriques aux vérités pratiques. C’est que, dans les premières, il n’y a jamais opposition entre ce qui doit être et ce qui est: il n’y a point de cas où 2 et 2 fassent 5; au contraire, il y a des cas où la connaissance, l’amour, le bonheur, l’indépendance, ne sont pas réalisés. Dans ces cas si nombreux, la distinction du bien en tant qu’il doit être et en tant qu’il est, devient plus précise; car nous saisissons mieux les choses par contraste, et l’idéal s’affirme plus nettement dans son antithèse avec la réalité.

Advertisements